• Mes sandales de Jésus

     

     

    Mes sandales de Jésus

    Je suis fasciné par la profondeur historique où s’ancre le raffinement de cette Italie d’où j’écris ces quelques mots. Ainsi, j’avais fantasmé trouver en ces contrées bénies des Dieux, une paire de sandales simples et robuste. Une paire de celles qui donnent un air viril. Une semelle dont la double fonction consisterait en une couche d’usure en contact avec le sol et un cuir où je poserais mon pied. Un caoutchouc grossier pour la première et du veau pour la seconde. Cette dernière devant rapidement imprimer la trace de mes appuis, je voulais de la douceur et du naturel. Plus important encore, j’avais rêvé d’une liaison élégante de cette semelle avec mon pied. Quelque chose de fonctionnel, de facile à fermer mais qui maintienne la semelle avec fiabilité. Car je marche et je cours. Je ne conçois pas qu’on puisse se chausser dans un autre but. « D'abord apprendre à se tenir debout et à marcher et à courir, à grimper et à danser » nous dit Nietzsche. Depuis toujours, je conjugue le verbe crapahuter à tous les temps.

    Les plus confortables sandales qu’il m’ait été donné de porter fut une paire des célèbres Birkenstocks. Vous savez, ces jeeps de la marche que les allemands, aux antipodes de toute forme de grâce italienne naturellement, s’obstinent à porter avec des sockettes de tennis. La chaussure façon Bauhaus : Grundausführung ! Elles étaient pourtant bien, mes Birkenstocks. La semelle en sorte de liège préformée, les larges lanières qui ne blessent pas. Idéales pour la marche, le course, le vélo mais… horriblement moches. Madame, que je rencontrai depuis les tréfonds d’un célibat détaché des considérations de l’élégance, les mit à l’index. Je les oubliai. Elles pourrirent dans un placard et furent jetées à l’occasion d’un déménagement.

    Quelques années plus tard, j’acquis avec l’assentiment de mon nouveau Directeur Artistique donc, une paire de sandales de sport en plastique très robuste. Des tatanes pensées par un marketteux de la marque au Swootch©, avec des scratchs et des campons partout pour monter au sommet des montagnes en buvant du Red-Bull™. Sauf qu’un marketteux, ça ne transpire pas des pieds. Alors que moi, sans souffrir d’une quelconque pathologie sudorale, je suis un être vivant avec tout ce que cela comporte d’avantages et d’inconvénients. Et quand je bouge, je mets en branle tout un tas de processus physiologiques qui font ma spécificité. Autant de trucs que le marketteux n’a pas modélisé dans son ordinateur, là-bas, à BEAVERTON, Oregon. Pieds poites qui glissent, sandales remisées. Impropres à la fonction.

    L’autre jour, donc, me promenant dans CONCARNEAU, Finistère, je rendis visite à Madame BELLEC, revendeuse des sabots de la production de Monsieur SIMON, sabotier à CAMORS, Morbihan. Elle me fit découvrir la production de son mari : des sandales en cuir. Basiques. Ce fut une révélation. Une semelle comme dans mes rêves et une lanière unique au cheminement astucieux qui la maintient fermement au pied. Nous prîmes le temps d’évoquer la fabrication, la provenance des cuirs. Et j’en acquis, non sans avoir recueilli l’avis artistique de mon coach personnel en la matière, une paire de ces objets rêvés. Produites et acquises en Bretagne, mes nouvelles sandales se devaient d’être inaugurées en Italie.

    Ainsi chaussé sur les routes transalpines, j’allais être Spartacus, le thrace affranchi, menant la révolte sur la via Appia. Un spartiate indestructible, super-héros des aventures d’Alix de Jacques Martin (l'autre). Ou, plus ambitieux encore, un légionnaire romain qui conquit l’Europe ainsi chaussé.

    J’ajuste les lanières et je sors, fier, sur le palier, attendant le jugement de la plèbe. Mon fils, subjugué par les objets me sort : « Elles sont bien, Papa, tes sandales de Jésus ! »

    Bon.

    ...

    Je vais les garder quand même.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :